20/02/2012

Réussite éducative et internat d'excellence... tenir nos engagements.

asso-reussite-educative.jpgLa réussite éducative est au cœur des préoccupations de la majorité départementale. Nous mettons tout en œuvre pour accompagner le développement de l’offre éducative en Essonne. Conformément aux  engagements que nous avons pris devant les essonniens lors du dernier renouvellement cantonal, le premier internat d’excellence public va voir le jour en Essonne à la rentrée prochaine. Cet internat d’excellence est une véritable opportunité pour les jeunes Essonniens. Mais sa création intervient dans un contexte de mise à mal massive des moyens de l’Éducation nationale et peut donner lieu à des interrogations. Pourtant, il serait injuste de faire un amalgame entre un projet dans l’intérêt des jeunes et de leur réussite scolaire, et les attaques inacceptables du gouvernement contre l’éducation nationale.  rased.jpgAussi, j'ai souhaité répondre simplement aux questions que me posaient des parents et des enseignants.  


Mise en place d’un internat d’excellence à Évry

 

  Le projet

L’engagement a été pris devant les Essonniens, à l’occasion du dernier renouvellement cantonal, de développer un nouveau service public dans le Département. La seule offre d’internat existant actuellement en collège relevant du privé, la création d’un internat public en Essonne est une nécessité.

Le projet sera à taille humaine pour ne pas bouleverser la vie de l’établissement. L’effectif sera de 12élèves à la rentrée 2012, 40élèves à terme (dès la rentrée 2013). Ilsseront répartis dans les classes de l’établissement.

Concernant l’origine géographique des élèves, le choix des élèves internes devra respecter un certain nombre de principes : implication des familles, mixité filles/garçons, mixité sociale avec des élèves issus du bassin académique d’Évry.  Ces élèves seront orientés vers l’internat d’excellence, en accord avec leurs parents et leurs enseignants, pour leur permettre de trouver un cadre de travail adapté et de réussir au mieux leur scolarité.

Le financement du personnel encadrant se fera par le Conseil général et sur des crédits de politique de la ville, indépendants des crédits de l’Education nationale. Il ne vient donc pas en moins des moyens du collège. Il y aura à terme 4 assistants d’éducation et 1 coordinateur pédagogique.

Les internats d’excellence sont financés par l’État, au titre du Grand emprunt (Plan de relance). L’Agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU) a été désignée comme opérateur financier ; le Conseil général accompagne l’investissement de l’État au titre de sa compétence vis-à-vis des collèges.

Le futur internat sera aménagé dans un bâtiment existant du collège Le Village, réaménagé et mis aux normes au sein d’un établissement bénéficiant d’espaces disponibles. Les frais d’investissement sont de 1,6 million d’euros, financés par l’ANRU et le Conseil général (800K€ ANRU/800K€ CG).

Les seuls internats d’excellence existant déjà en Essonne sont en lycées. Sachant que la réussite se joue beaucoup au collège, le projet répond donc à un véritable besoin.


 Les remarques les plus fréquentes


 Quelques dizaines de places, ce n’est pas suffisant.

 C’est vrai. Il en faudrait sans doute beaucoup plus et les répartir dans l’ensemble de l’Essonne pour répondre à un réel besoin et instaurer un climat de sérénité et de travail pour des enfants qui en ont besoin afin de mener à terme, et dans d’excellentes conditions, leur parcours scolaire.

L’internat d’excellence d’Évry est un premier pas. Si c’est une réussite, il faudra développer ce dispositif dans d’autres établissements. Par ailleurs, ce sera aussi une façon d’organiser la mixité scolaire dans le département.

 

Les moyens pour l’internat, ce sont des moyens en moins pour le collège et les autres enfants.

C’est faux. Les enfants seront scolarisés dans les classes normales et bénéficieront d’un accompagnement par des coordonnateurs (1 pour 12 élèves), dont les postes seront financés par les crédits de politique de la ville, donc sans aucune incidence sur les moyens de l’Éducation nationale.

En garantissant que ces élèves seront bien accompagnés au niveau scolaire, le dispositif permettra aux enseignants de se mobiliser pour aider d’autres enfants déjà scolarisés dans l’établissement.


Les travaux vont coûter cher et se feront au détriment de l’entretien du collège.

C’est encore faux. Les travaux sont financés par le plan de relance via l’ANRU et vont, au contraire, permettre la réhabilitation d’un bâtiment, là où sans l’internat d’excellence le Conseil général devait financer seul l’entretien des bâtiments.


En « retirant » des bons élèves des collèges alentour on va contribuer à faire baisser le niveau dans ces établissements.

C’est faux. Ce ne sont pas tous les bons élèves qui sont orientés vers l’internat d’excellence. L’internat est destiné aux élèves dont l’équipe pédagogique considère qu’ils ont un bon niveau mais dont l’environnement social et urbain fragilise la réussite. La famille devra également être volontaire.

Faut-il priver certains élèves de la possibilité d’être mieux accompagnés, de trouver un environnement serein pour réussir leurs études parce que, par ailleurs, nous revendiquons plus de moyens pour l’Éducation nationale et la réussite de tous ?

Nous ne le croyons pas, nous ne voulons pas rajouter de l’injustice à l’injustice.

 

Des internats, il en existe déjà en Essonne…

C’est vrai mais il n’existe pas pour l’instant d’internat public de niveau collège en Essonne. Les seuls internats existants sont privés, presque tous confessionnels et payants. Certaines familles très modestes doivent faire des sacrifices énormes pour y inscrire leurs enfants, voire ne peuvent simplement pas y avoir accès, ou doivent scolariser leurs enfants en dehors du département. C’est également une injustice.

10:27 Publié dans Evry, Notre canton | Francis Chouat | Commentaires (1) | Tags : école, éducation, evry, conseil général, essonne | Lien permanent |  Facebook | |  Imprimer |

Commentaires

J’ai pris plaisir à lire votre billet

Écrit par : mutuelle santé | 29/03/2012

Écrire un commentaire